100 ans
 

<< Revenir sur la page
[précédente]   [d'accueil]



Aucun commentaire




 Photo lié


agrandir


 
Message pastoral à notre communauté arménienne en Suisse
03-12-2020   
 

Version arménienne: voir document ci-contre

Chers fidèles,
Chers frères et sœurs, 

Cette année a apporté tant de défis aux Arméniens, que ce soit dans notre vie ici en Suisse ou dans celle de nos compatriotes à Beyrouth, en Arménie, et plus particulièrement à Artsakh. Elle nous a mis face à des situations terribles en raison de la défaite à Artsakh, en n’oubliant pas de mentionner  les martyrs parmi nos soldats héroïques qui se sont battus avec foi et courage.

C'est dans des moments comme celui-ci que notre foi est le plus mise à l'épreuve face à cette pandémie mondiale. Nous sommes les fils et les filles d'une nation dont les blessures sont ouvertes et qui essaie de faire les premiers pas vers la guérison d'une guerre massive. Des familles sont en deuil et d'autres cherchent et attendent leurs soldats disparus. Des dizaines de milliers de réfugiés cherchent de l'aide. C'est notre réalité. "De quoi devons-nous être reconnaissants ?" pourrait-on se demander. Il est dans la nature humaine de chercher des réponses. 

En tant que fidèles, nous cherchons des réponses dans les écritures. Dans son Épître aux Philippiens, Saint Paul écrit : "Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose, par la prière et la supplication avec action de grâce, faites connaître vos demandes à Dieu. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus" (4:6).

"La paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence", écrit Saint Paul. En tant qu'humains, nous pouvons tenter de définir, de rationaliser, d'analyser et d'expliquer. Cependant, nous devons combler un vide dans nos cœurs et nos âmes. Et ce vide, sera comblé par la paix de Dieu.

Au lieu de critiquer, consolons et réconfortons. Au lieu de blâmer, guérissons. Au lieu d'ordonner et de commander, implorons. Quand notre Seigneur et Sauveur fut crucifié, ses disciples et tous les suivants étaient déçus et l’ont quitté, car ils ne se sont pas souvenu que ce n’était que le début de la nouvelle vie et de la résurrection. En tant que nation et peuple chrétiens, j’espère et je crois que nous serons capables de surmonter les difficultés qui s’opposent à nous en ces temps difficiles, en nous ressaisissant la tête haute. Nous devons tous nous soutenir mutuellement pour reconstruire notre pays sans attendre, ni dépendre des autres.

Que la bénédiction de Noël et que cette période de l'Avent de notre Seigneur Jésus-Christ soient toujours avec vous et vos proches. Amen.
 
Avec mes prières à vous tous,
Révérend Père Goossan Aljanian                                                                            
2 décembre 2020 


[Imprimer]   [retour accueil]   [page précédente]

Aucune vidéo