100 ans
 

<< Revenir sur la page
[précédente]   [d'accueil]



Aucun commentaire



Aucun PDF





 
Revue de Presse arménienne du 13 janvier 2015
13-01-2015    Source : Ambassade de France en Arménie - Service de Presse
 

Revue de la presse arménienne du 13 janvier 2015

I. Politique intérieure

1. L’Arménie choquée par le meurtre d’une famille de six personnes à Gumri/ La « une » de la plupart des quotidiens est consacrée à l’assassinat d’une famille de six personnes à Gumri dont les corps ont été trouvés à leur domicile lundi matin. Il s’agit de la famille Avetissian : père, mère, fils et son épouse, fille, ainsi qu’une enfant de deux ans. Un bébé de 6 mois est actuellement en soins intensifs à l’hôpital. Selon les premières constatations, les meurtres auraient été commis par un soldat de la base militaire russe de Gumri, Valéry Permyakov. Celui-ci avait déserté la base russe la nuit même du crime. Des chaussures militaires portant son prénom et son nom, ainsi qu’un fusil automatique avaient été découverts sur les lieux du crime. Ce 13 janvier, au matin, les agences de presse ont annoncé l’arrestation du suspect près de la frontière arméno-turque par des gardes-frontières russes. Selon les agences de presse, il serait interrogé par des enquêteurs russes, avant d’être transféré aux organes judiciaires arméniens.

La veille, le Président Sarkissian a tenu des consultations urgentes avec les chefs des organes judiciaires pour donner l’instruction de clarifier les détails du crime dès que possible, d’identifier les responsables et de les traduire en justice avec toute la rigueur de la loi. Selon le service de presse présidentiel, le commandement de la base militaire russe en Arménie coopère pleinement avec les autorités policières du pays, fournissant une aide active à l’enquête. Les quotidiens font état des conversations téléphoniques des Ministres des AE et de la Défense, Edward Nalbandian et Seyran Ohanian, avec leurs homologues russes, Sergueï Lavrov et Sergueï Shoygu, ceux-ci ayant présenté leurs condoléances au peuple arménien et aux proches des victimes et ayant assuré du plein soutien de la partie russe quant à l’élucidation du crime. Le premier vice-ministre russe de la Défense, Arcady Bakhine, devait arriver en Arménie pour participer à l’enquête. Des déclarations ont été diffusées par le Ministère des AE russe et l’Ambassade de Russie en Arménie, disant partager la consternation de l’Arménie, présentant les condoléances et assurant du soutien de la partie russe dans l’élucidation des faits tragiques.

2. Le Ministre de la Défense se félicite des acquis de l’année écoulée et trace les priorités pour l’année 2015/ Hayastani Hanrapetoutioun et Hayots Achkhar rendent compte de la réunion du Ministre de la Défense, Seyran Ohanian, avec les commandants des unités militaires des garnisons d’Erevan et d’Armavir. Le Ministre s’est félicité des succès enregistrés au sein de l’armée en 2014 en termes d’amélioration de la discipline. Une lutte efficace a été menée contre les phénomènes déviants. Les violences, les altercations entre soldats et les suicides sont en baisse de 50%. Mais le plus important acquis, selon le Ministre, a été l’inviolabilité des frontières du pays et la sécurité du peuple arménien. Bien que les progrès soient satisfaisants, l’on ne saurait, selon le Ministre, se borner aux acquis.

Le renforcement de la discipline, la lutte contre la corruption, la modernisation de l’armée, le respect des droits des soldats et l’éradication des conduites déviantes notamment parmi les commandants demeureront les principaux objectifs pour l’année 2015. Par ailleurs, M. Ohanian a dit avoir signé une instruction de 7 points donnant le droit aux commandants de bataillons locaux de prendre individuellement des décisions en cas de provocations azerbaïdjanaises et de lancer des opérations « punitives et préventives » afin de les endiguer : « Nous devons combattre les actes de sabotage et d’espionnage [azerbaïdjanais], multiplier les exercices d’entraînement afin de renforcer la combativité de toutes les unités de l’armée et punir l’ennemi pour ses provocations », a-t-il dit.

Par ailleurs, les quotidiens annoncent qu’un soldat arménien a été blessé par des tirs azerbaïdjanais au HK.

II. Affaires étrangères

1. L’Arménie poursuit sa mission de maintien de la paix en Afghanistan/ Selon Hayastani Hanrapetoutioun, un contingent de maintien de la paix de 65 soldats est parti le 11 janvier en Allemagne pour un entraînement de quelques semaines avant de rejoindre l’opération Resolute Support en Afghanistan. Ils effectueront leur service dans la ville afghane de Mazar-e Sharif sous le commandement allemand.

III. Union économique eurasiatique

1. Les premières nominations de l’Arménie au sein de l’UEE/ L’Arménie, membre à part entière de l’UEE depuis le 2 janvier, a nommé ses représentants au sein de la Commission économique eurasiatique, qui sont Robert Haroutounian, ancien directeur de l’Agence arménienne de développement, Mme Kariné Minassian, conseillère du Président Sarkissian et Ara Nranian, membre du parti Dachnak, ancien député. Ils auront le statut de Ministres au sein de cette commission et disposeront d’un seul droit de vote. / Jamanak

IV. Attentats en France

1. Le monde civilisé contre le terrorisme/ Hayastani Hanrapetoutioun, Hayots Achkhar et Novoyé Vrémia consacrent leur « une » à la marche de solidarité, le 11 janvier à Paris, photo à l’appui, tout en dressant un bilan des faits produits en France (étant en congé, la presse écrite n’avait pas rendu compte des événements tragiques en France). Hayastani Hanrapetoutioun, qui intitule son article « La géographie [du terrorisme] s’étend », donne la parole au député du parti Héritage, Tevan Poghossian, expert politique, selon lequel le principal enseignement de cette tragédie est l’extension du terrorisme partout dans le monde : « L’Etat islamique entre en Europe et celleci doit être prête à y faire face ». Selon M. Poghossian, la marche de solidarité à Paris a montré que le monde civilisé constitue un front uni contre la terreur.

Hayots Achkhar donne la parole au politologue Levon Chirinian, qui voit dans les événements parisiens un choc entre les civilisations, en d’autres termes, entre l’islam et le christianisme. Il évoque une déclaration de Mme Merkel datant d’un an, selon laquelle « la formation d’une société multiculturelle aurait échoué en Allemagne ». Il met en garde contre un autre danger que l’Europe risque d’affronter, à savoir la vague du panturquisme. « L’Europe se leurre en pensant que la Turquie est devenue un Etat civilisé. Sous le mandat de R. Erdogan, ce pays retrouvera sa face islamiste »…

Aravot donne la parole à une spécialiste des pays arabes, Arax Pachayan, pour laquelle l’attentat parisien était prévisible, en faisant notamment allusion à la crise internationale suscitée par la publication des caricatures du prophète Mahomet dans un journal danois en 2005. Elle dit trouver aussi des similitudes entre l’attentat du 11 septembre à New York et l’attaque contre Charlie Hebdo.

D’après elle, l’attentat de Paris conduira à des changements inévitables en Europe et dans le monde en général. La France et l’Europe devront réévaluer plusieurs choses, notamment leur politique au Moyen Orient et en Syrie.

Le rédacteur en chef d’Aravot, Aram Abrahamian, commente également l’attentat en France et met en garde contre toute imputation à l’islam : « L’islam est autant responsable pour le terrorisme que le christianisme ou une autre religion ». Selon lui, les terroristes qui tuent au nom de l’islam portent avant tout atteinte au prophète Mahomet et à l’islam. Le rédacteur en chef explique cette polémique par la « différence des valeurs » : ce qui est considéré comme une liberté d’expression en Occident peut être vexant pour une autre civilisation. « L’Egypte, la Syrie et l’Irak ne deviendront jamais comme la France ou l’Allemagne. Imposer un système des valeurs à autrui est voué à l’échec. La France et l’Allemagne ne changeront jamais leur face, puisque la démocratie, la liberté d’expression, et la diversité culturelle sont leur force motrice. L’attentat contre Charlie Hebdo ne transformera pas la France en un pays autoritaire. Il faut tout simplement que les différents systèmes des valeurs trouvent un moyen de cohabitation », écrit le rédacteur en chef.

Jamanak publie un entretien avec l’attaché culturel de l’Ambassade d’Iran en Arménie, qui condamne l’attentat en France et regrette que des groupes de meurtriers commettent des crimes au nom de l’islam. « Ceux qui commettent des crimes au nom de l’islam et du Coran, sont dans l’erreur ». Le peuple d’Iran, rappelle-t-il, s’oppose à la violence. Il cite des extraits du Coran appelant les adeptes de l’islam à dialoguer avec les croyants des autres religions. Le diplomate iranien appelle toutefois les affidés des autres confessions à respecter les sentiments religieux des autres.

Rédaction : Meri Hakobian





[Imprimer]   [retour accueil]   [page précédente]

Aucune vidéo