100 ans
 

<< Revenir sur la page
[précédente]   [d'accueil]



Aucun commentaire



Aucun PDF





 
Revue de Presse arménienne du 20 octobre 2014
20-10-2014    Source : Ambassade de France en Arménie - Service de Presse
 

I. Politique intérieure

 

1. Des militants anti-gouvernementaux condamnés à des peines de 1 à 7 ans de prison/ La « une » de la plupart des quotidiens est consacrée au verdict du tribunal de première instance prononcé à l’encontre du militant d’opposition Shant Haroutiounian et de douze autres hommes arrêtés en novembre 2013, dont son fils mineur. Shant Haroutiounian avait déclenché des affrontements avec la police anti-émeute alors qu’il avait tenté, avec un groupe d’une centaine de personnes armées de cocktails Molotov, de bâtons et de grenades artisanales assourdissantes, de se diriger vers le Palais présidentiel, pour faire une « révolution ». Shant Haroutiouniana a été condamné à six ans de prison, et son fils âgé de 15 ans à 4 ans de prison avec sursis, tous deux sur les mêmes chefs d’accusation de « hooliganisme ». Onze autres hommes ont été condamnés à des peines allant de 1 à 7 ans d’emprisonnement. La plupart des accusés sont susceptibles de recours contre cette décision. L’éditorial d’Aravot reconnaît que M. Haroutiounian et son groupe ont commis un délit et que dans tous les pays ils auraient été poursuivis, mais considère que les peines sont disproportionnées : « la condamnation d’un adolescent à 4 ans de prison même s’il ne sera pas enfermé dans une cellule ne s’inscrit dans aucune règle de la moralité », écrit l’éditorialiste. Pour 168 Jam, une semaine après l’adhésion à l’Union économique eurasiatique, la justice arménienne a rendu un verdict « digne » des mœurs de cette Union : « Les autorités arméniennes ont montré qu’elles ont une place particulière à côté de V. Poutine, de N. Nazarbayev et de A. Loukachenko »… Pour l’éditorial de Hraparak, en punissant les militants de l’opposition de manière aussi dure, les autorités lancent un avertissement à tous ceux qui nourrissent des intentions « révolutionnaires ».  

 

2. La position du Président Sarkissian concernant le projet de réforme constitutionnelle sera connue en février ou mars 2015/ Arman Saghatelian, porte-parole du Chef de l’Etat, a fait savoir que l’avis du Président concernant le projet de réforme qui lui a été remis le 15 octobre par la Commission constitutionnelle ad hoc devrait être connu dans les mois de février-mars de l’année prochaine. Le porte-parole a invoqué la nécessité de « discussions supplémentaires » avec les principaux partis politiques du pays : « Étant donné que certaines questions abordées dans le projet ont une composante politique prononcée, des discussions supplémentaires et une plus grande consolidation politique sont nécessaires ». / Rapporté par l’ensemble de la presse

 

3. Nouveau livre sur le Génocide arménien/ Hayastani Hanrapetoutioun rend compte de la présentation du livre paru sous la plume de Hayk Demoyan, directeur du musée du Génocide arménien, intitulé « Le génocide arménien à la une de la presse internationale ». Selon l’auteur, ce livre est la carte d’identité de la Turquie ottomane. M. Demoyan a dit avoir l’intention d’adresser les trois premiers exemplaires au Président, au Premier ministre et au Ministre des Affaires étrangères turcs. Ce livre est riche en photographies et en reproductions d’articles parus dans la presse anglaise, française, américaine, italienne, russe, autrichienne, tchèque, allemande et norvégienne lors des massacres de la population arménienne d’Anatolie. Le livre est en arménien et en anglais, mais les versions russe et française ne devraient pas tarder à paraître.

                Par ailleurs, Viguen Sarkissian, Chef de l’administration présidentielle et coordinateur de la commémoration du centenaire du Génocide, a réparti les manifestations qui seront organisées l’année prochaine en quatre thématiques principales : la mémoire du Génocide ; la gratitude (envers les pays et les organisations qui ont tendu la main aux Arméniens) ; le rôle du peuple arménien dans la lutte internationale contre le crime de génocide ; la renaissance.   

 

II. Conflit du HK

 

1. Le Président Sarkissian a attiré l’attention des coprésidents du Groupe de Minsk sur la position non constructive de l’Azerbaïdjan avant chaque sommet bilatéral/ Les quotidiens rendent compte des entretiens des coprésidents français et russe du Groupe de Minsk avec le Président Sarkissian et le Ministre des AE, Edward Nalbandian. L’étape actuelle des négociations et le prochain sommet des Présidents d’Arménie et d’Azerbaïdjan à Paris à l’invitation du Président français sont demeurés au cœur des entretiens. Le Président Sarkissian a jugé préoccupant la position « destructive » dont fait preuve Bakou à la veille de chaque sommet bilatéral. Il a réaffirmé la disponibilité de l’Arménie à poursuivre les efforts conjoints avec les coprésidents du Groupe de Minsk au profit d’un règlement pacifique du conflit. 

                Edward Nalbandian, quant à lui, a estimé que tout en faisant semblant d’être prêtes à l’élaboration d’un accord de paix, les autorités azerbaïdjanaises tenteraient de transférer le dossier de règlement du conflit dans d’autres instances et de faire échouer le processus mené sous l’égide du Groupe de Minsk. Se faisant l’écho de la déclaration de son homologue azerbaïdjanais, qui avait fait part de la disponibilité de son pays à commencer à travailler sur le texte d’un accord de paix, M. Nalbandian a accusé Bakou de prendre ses rêves pour la réalité. Selon lui, à la veille du sommet parisien, Bakou fait ainsi montre de sa position non sérieuse par rapport au règlement du conflit.

                Au terme de leurs entretiens à Bakou et à Erevan, les médiateurs ont diffusé une déclaration, indiquant que dans les deux capitales, ils ont discuté des préparatifs du prochain sommet de haut niveau à l’initiative du Président de la République française. Ils ont exhorté les parties à prendre des mesures pour réduire les tensions et à éviter le recours à la force en particulier à l’encontre de la population civile.  

 

III. Arménie- Russie

 

1. Près de 30 000 citoyens arméniens ont été interdits cette année de rentrer en Russie pour avoir violé les règles d’immigration/ C’est ce qu’a fait savoir Gaguik Yeganian, chef du Service des migrations d’Arménie.  Le Gouvernement russe a facilité cet été certaines de ces règles d’immigration pour les ressortissants arméniens en raison de l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasiatique, mais il a refusé de retirer la grande majorité des Arméniens de la « liste noire ». Gaguik Yeganian a dit au service arménien de RFE/RL qu’il a soulevé la question avec le chef du Service fédéral des migrations de Russie (FMS), Konstantin Romodanovsky, lors d’un récent déplacement de ce dernier en Arménie. M. Romodanovsky a promis que le FMS examinera à nouveau leur cas. Selon les données du FMS, 500 000 citoyens arméniens vivaient en Russie en Novembre 2013. Des centaines de milliers d’autres Arméniens auraient obtenu la citoyenneté russe au cours des deux dernières décennies.

 

IV. Arménie-Iran

 

1. Le PM Hovik Abrahamian effectue une visite officielle en Iran ce 20 octobre/ Il sera reçu par le Président iranien, Hassan Rouhani, le premier vice-Président, le Président du Parlement et le Gouverneur de la province d’Ispahan. / Armenpress, Arminfo

 



[Imprimer]   [retour accueil]   [page précédente]

Aucune vidéo