51 CHANT DU SASSOUN - spectacle musical par la Compagnie Arsis - : commentaire du 13/11/2009 10:00:00

 
 
  100 ans

<< Revenir sur la page
[précédente]   [d'accueil]

 
CHANT DU SASSOUN - spectacle musical par la Compagnie Arsis -
07-11-2009 à 19h00 au Centre Arménien de Genève  
[commentaire précédent]  [commentaire suivant]

Le Chant de Sassoun

Une surprise nous attendait au Centre arménien le samedi 7 novembre à 19h. Une troupe de France, non arménienne, du nom de Compagnie Arsis, s’est intéressée à notre légende et a mis en scène « Le Chant de Sassoun » animé par deux artistes, Bénédicte Flatet, et Yannig Beaupérin ; ces deux artistes étant secondées par quatre animatrices (lumières, décors, costumes) restées au second plan.

 

Ce spectacle musical. joué, chanté et mis en scène comportait  des œuvres de Komitas, Khatchaturian, Hovhaness et même Luciano Berio,  plus des compositions de la harpiste, sur scène, Yannig Beaupérin. Le décor de conte de fées, auquel les harpes elles-mêmes n’étaient pas étrangères, était tout à fait irréel et lumineux. Un arbre généalogique,  notamment,  rempli au fur et à mesure des naissances de la « dynastie » David de Sassoun, permettait de suivre attentivement le récit. Il faut avouer que, depuis ma lecture de cette copieuse histoire, les noms divers de la famille de Sassoun m’avaient échappés complètement , sauf celui, pittoresque, d’une des fiancées, dite « Quarante-Blondes-Nattes-Tressées », qui fait partie de ce rêve fantastique.

 

La harpiste ouvre le spectacle qu’elle agrémente toute la soirée; elle participe aussi au théâtre et au chant et s’avère vraiment une artiste complète. Quant à Bénédicte Flatet, elle joue et mime tout,  change de costume selon la circonstance, chante avec une voix basse, très curieuse et ample (quel souffle !), et porte le spectacle « à bout de bras » ou plutôt « à bout de gestes ». On ne voit pas passer le temps; or, il s’est passé pas loin de deux heures…

 

Sagement, comme demandé, nous nous sommes abstenus d’applaudir, nous rattrapant longuement à la fin;  puis nous avons quitté la salle tout abasourdis. C’était une fête subtile et inédite pour nous tous !

E. Baghdassarian






Photo(s) :











[commentaire précédent]  [commentaire suivant]

Imprimer  Fermer
Copyright (C) 2007 centre-arménien-geneve.ch